Kiwiparty 2015

Vendredi 19 juin, c’était la Kiwiparty !

La Kiwiparty, c’est une journée de conférences organisée par l’agence strasbourgeoise Alsacréations, et c’est bien cool : accessibilité, UX, performances, petits gâteaux et muffins du tonnerre, bref que du beau. Et on a même eu une licorne. Vous regrettez de pas être venu⋅e⋅s, hein ?

Cet article est évolutif : j’ajouterai progressivement les liens vers les slides des conférences.

Les conférences

Icon-fonts vs SVG sprites (Vincent de Oliveira)

Découverte et comparaison de 2 méthodes d’utilisation d’icones vectorielles (et donc retina/HD ready), les polices d’icônes (icon-font) et les sprites SVG. Quels sont les avantages et inconvénients de l’une ou l’autre technique (réutilisation, modification, animation, etc.) ?

Spoiler : le SVG c’est mieux. Et ça me donne encore plus envie de m’y plonger.

Les personas : comment les concevoir et les utiliser (Gwennola Pierre)

Lors de cette conférence, Gwennola expliquera ce que sont les personas, comment récolter les éléments qui serviront à les créer, puis comment les concevoir et comment les utiliser.

Le debug d’applications web simplifié (Etienne Margraff et David Rousset)

Debugger une application web, c’est une expérience qui peut être parfois complexe. Quand on est sur son PC avec un navigateur : F12 nous rend toujours un très bon service. Cependant comment avoir la même expérience quand veut débugger le site sur un téléphone ? Des solutions existent mais rien de très simple d’utilisation ou qui fonctionne dans tous les cas.

Dans ce talk, nous vous présenterons un nouvel outil créé par les fondateurs de Babylon.JS et qui permet d’obtenir l’expérience F12, en remote et pour tous les navigateurs.

Conférence et outil très intéressants ! Les auteurs ont fait une démo collaborative en demandant aux spectateurs de se connecter à une url de debug : plus de 100 téléphones en même temps ! et l’un d’eux a vu le code html/css de sa version se modifier en direct, impressionnant. Pour l’instant, on ne peut pas débugger de JavaScript, mais c’est prévu 🙂

Outil open-source – ça surprend toujours quand ça vient de Microsoft, mais ils s’y mettent, ils s’y mettent… – je le testerai dès que possible !

Le chasseur-cueilleur, Hannibal Lecter, et autres considérations ergonomiques (Antonio Capobianco)

La cognition spatiale désigne la faculté cognitive permettant de traiter et manipuler les informations spatiales sous toutes leurs formes. Cette faculté joue un rôle essentiel lors de l’interaction avec des systèmes d’information basés sur des métaphores graphiques.

J’essaierai de montrer en m’appuyant sur quelques études de cas comment elle est exploitée lors de l’utilisation d’un site web et en quoi certaines tendances actuelles vont à l’encontre de bonnes pratiques ergonomiques.

Passionnant. On sentait que le présentateur est enseignant-chercheur, à sa manière de parler, je me suis vraiment retrouvée à la fac pendant un petit temps, trop petit hélas. La conférence aurait mérité deux heures, pas 20 minutes.

Les pseudo-éléments, c’est bon ! (Matthieu Bué)

Les pseudo-éléments, ça n’a l’air de pas grand chose, mais ces petits trucs de CSS ont un potentiel incroyable. L’idée ici sera de faire une piqûre de rappel, et de montrer à quel point, combinés à d’autres techniques CSS, les pseudo-éléments peuvent-être une réelle opportunité à la créativité et à l’optimisation du code.

La conférence se focalisait sur les classiques ::before et ::after en nous montrant des exemples très évolués et très cools.

Le web et ses sales caractères (Damien Senger)

Alors que le choix typographique occupe une place de plus en plus importante dans la conception web, tous les projets finissent par hériter des mêmes caractères.

Ensemble, donnons une plus forte personnalité à vos projets web en sortant des sentiers battus et en donnant une chance à de jeunes plombs prometteurs.

Dans cette conférence, j’ai appris que je pouvais – que je devrais – remettre local() dans mes déclarations de font-face, car la seule raison pour laquelle il a fallu l’éviter pendant un temps c’est parce que ça merdouillait sur Android 2.2 et 3.

Faire passer un mammouth dans un tuyau d’arrosage (aka la performance sur mobile) (Jean-Pierre Vincent)

L’utilisateur est encore moins patient sur mobile que sur son bureau et pourtant il semblerait que le jeu soit de lui afficher un maximum de contenu à travers une bande passante chétive, sur un matériel poussif.

Quels sont les enjeux de la vitesse sur mobile, les techniques pour se rire des contraintes et la stratégie pour s’en sortir dans presque toutes les situations ?

UX design & hackathon : un guide de survie (Laurence Vagner)

Dans un contexte professionnel, on a souvent le temps, les moyens et les ressources pour faire de l’UX dans des conditions optimales: analyse, documentation, maquettage, tests, grooming sessions, QA…

Oubliez tout ça, vous avez 48h, les gens de votre équipe n’ont jamais travaillé ensemble et ce sera Armageddon. Laissez-moi vous expliquer comment ça se passe, vous donner quelques conseils pour survivre à tout ça et en tirer des leçons pour améliorer vos pratiques professionnelles.

Personnellement, participer à un hackathon ne m’intéresse pas vraiment. Je crois que « sortir de ma zone de confort » n’est pas pour moi, pour l’instant – et je crois aussi que je ne me trouve pas suffisamment calée pour créer quelque chose d’envergure en 48h.

Le responsive côté serveur (Rémi Grumeau)

Très critiqué et décrié a cause des nombreuses erreurs du passé, les profils et adaptations côté serveur permettent pourtant d’optimiser et d’améliorer les performances de chargement tout en simplifiant grandement code et workflow de vos sites et applications web. Ils sont aussi très utile là où Javascript n’est pas une option (email, webservice, …)

Et si on parlait productivité ? (Nicolas Birckel)

Retours sur 5 mythes qui vous pourrissent la vie au quotidien, et quelques méthodes simples pour vous en sortir !

L’UX sans Utilisateur n’est que pornographie (Raphaël Yharrassarry)

Est-que l’on peut faire de l’UX, de l’ergonomie, sans utilisateurs ? Quels sont les résultats ou les conséquences ?

À l’aide de trois retours d’expériences sur des projets, j’illustrerais comment l’absence plus ou moins prononcée des utilisateurs va influencer la conception et comment, si possible, limiter les dégâts.

Mon ressenti sur cette journée

Whoa. Je crois que ça décrit bien. J’ai appris plein de trucs – même là où je pensais déjà bien maîtriser, comme les pseudo-éléments, où j’ai découvert l’existence de ::marker dont j’attends désormais l’implémentation avec impatience. J’ai croisé des gens chouettes. Des gens super sympas. Et une licorne, si si. Qui m’a offert une lithographie maison d’artichaut (merciiiiii @hellgy). Lors du quiz final à l’:after, mon équipe a gagné in extremis et je suis repartie avec « CSS 3 Pratique du Design Web » d’Hugo Giraudel et Raphaël Goetter, que j’ai pu faire dédicacer par ce dernier (si tu me lis, Raphaël, désolée pour ma blague pas drôle, je ne voulais vraiment pas t’embêter).

Donc, oui, whoa.

Strasbourg, c’est un peu loin, et 12 heures de trajets en trois jours, c’est rude, mais je rempile pour l’an prochain, promis.

Laisser une réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked *

To create code blocks or other preformatted text, indent by four spaces:

    This will be displayed in a monospaced font. The first four 
    spaces will be stripped off, but all other whitespace
    will be preserved.
    
    Markdown is turned off in code blocks:
     [This is not a link](http://example.com)

To create not a block, but an inline code span, use backticks:

Here is some inline `code`.

For more help see http://daringfireball.net/projects/markdown/syntax